December 2020
blog

L’insémination artificielle prise en charge par l’assurance-maladie – combien ça coûte et à quoi vous avez droit

De nos jours, l’infertilité est un sujet dont on parle de plus en plus dans la société. Grâce aux progrès enregistrés dans le domaine de la médecine de la reproduction et grâce à l’amendement de la loi sur l’insémination artificielle, des milliers de personnes ont dès à présent la possibilité de devenir des parents heureux. Sur le plan financier, il s’agit cependant d’un traitement très coûteux. Combien coûte une insémination artificielle et quelles sont les possibilités de prise en charge par l’assurance-maladie ?

 

Qui a droit à une FIV prise en charge par l’assurance-maladie en 2020 ?

La bonne nouvelle, c’est que la plupart des femmes adultes ont droit à une insémination artificielle prise en charge par leur caisse d’assurance-maladie. En cas de diagnostic d’obstruction ovarienne bilatérale, toutes les femmes âgées de 18 à 39 ans ont droit à cette procédure. Les femmes qui ne souffrent pas de cette maladie peuvent faire jouer leur assurance-maladie à partir de l’âge de 22 ans, en sachant que la limite d’âge supérieure est identique à celle indiquée dans le premier cas.

Il convient cependant d’avoir à l’esprit que les caisses d’assurance-maladie ne prennent pas l’intégralité de l’opération en charge, mais que cette prise en charge n’est que partielle. Les clients doivent donc régler eux-mêmes le reste du traitement. Cela concernera généralement les médicaments pris pour la stimulation hormonale, les procédures complémentaires, les actions qui augmentent les chances de fécondation et de grossesse ou les tests en laboratoire.Les prix de ces suppléments se comptent en milliers de couronnes et ils peuvent grimper jusqu’à environ 20 000 couronnes. Si une personne intéressée par une procréation assistée prend elle-même cette opération en charge, le prix d’un cycle complet s’élèvera à environ 50 000 couronnes.

Dans certains cas, l’assurance-maladie rembourse un montant partiel et parfois, la totalité des frais est à la charge des clients. Le montant concret du remboursement dépend des tarifs des différentes caisses d’assurance-maladie. Chaque clinique digne de ce nom publie le tarif des différentes procédures qu’elle propose sur son site Internet et vous devriez recevoir le tarif de ces différentes procédures lors de votre consultation.

 

FIV

 

Combien de cycles de FIV sont pris en charge par l’assurance-maladie ?

Selon l’amendement de la loi sur l’insémination artificielle, les femmes ont droit à trois cycles d’insémination artificielle et, sous certaines conditions spécifiques, à quatre cycles. Il ne sera possible d’effectuer quatre cyclesque si un seul embryon a été placé dans l’utérus de la femme lors des procédures précédentes. Il est bien entendu possible de réaliser des cycles supplémentaires, mais dans ce cas, les personnes intéressées devront les prendre elles-mêmes en charge.

Le transfert d’un seul embryon apparaît donc comme étant un choix approprié pour plusieurs raisons. L’assurance-maladie pourra prendre une procédure supplémentaire en charge, ce qui augmentera les chances de réussite de l’insémination artificielle. En ne plaçant qu’un seul embryon, on éliminera également les risques de grossesse multiple.

La méthode d’insémination intra-utérine (IIU) est une exception. Il s’agit d’une des méthodes d’insémination artificielle les plus élémentaires. C’est la procédure qui est la moins invasive et dans le cadre de laquelle les spermatozoïdes sélectionnés en laboratoire sont appliqués directement dans l’utérus au moment de l’ovulation. Cette opération est intégralement prise en charge par la caisse d’assurance-maladie. Outre cela, il est possible de subir cette procédure jusqu’à six fois par an.

 

Les possibilités d’assurance commerciale

Certaines compagnies d’assurance offrent la possibilité de souscrire une assurance complémentaire commerciale portant sur la procréation assistée. Cette assurance complémentaire servira de complément à l’assurance-maladie courante. Il conviendra cependant d’avoir à l’esprit que des règles plus strictes devront être respectées pour pouvoir toucher la prime d’assurance. Il s’agira généralement des conditions suivantes :

  • une limite d’âge plus stricte qui réduit l’âge maximal auquel il est possible de subir une insémination artificielle ;

  • la nécessité d’avoir souscrit cette assurance un certain temps avant l’intervention ;

  • un intervalle clairement défini entre les différents cycles.

D’autres choses peuvent également être couvertes par l’assurance commerciale portant sur la procréation assistée. Il s’agira par exemple des complications obstétricales ou des complications du post-partum, des naissances multiples, etc. Au contraire, le principal inconvénient de l’assurance commerciale réside dans le fait qu’il n’est pas possible de la souscrire de manière séparée, mais qu’elle fait généralement partie d’une assurance-vie ou d’une assurance complémentaire portant sur les maladies féminines graves.

 

 

 *Ce texte est traduit de l'original tchèque en langue française par l'Agence MARVEL, s. r. o.